obstruction

Le verre a une dureté moyenne de 5.5 sur l’échelle de Mohs; il sera rayé par un clou en acier mais pas par un ongle, ni une pièce de monnaie. Il est transparent, isolant, cassant mais élastique. Sous la forme de plaques plus ou moins épaisses qu’on appelle “vitre”, il est enchâssé dans les ouvertures de nos abris depuis des centaines d’années.

 

En contexte pandémique, la vitre s’est dotée de significations bien particulières: celles de l’isolement, du manque et de l’attente. Cette parois, cloison et ouverture à la fois, laisse passer une parcelle de son envers, certes, mais nous laisse toujours sur notre faim.


Dans Obstruction, la transparence et la dureté de la vitre seront temporairement altérées afin d’inscrire, masquer, filtrer et amender les signes d’une négociation complexe entre les intérieurs et extérieurs d’univers physiques et psychiques mouvementés.

Le performance Obstruction a été présenté à Axenéo7 dans le cadre de la biennale de performance PERF (Ré)agir / (Re)act 2021. Les performances du 29 septembre ont été commisariées par Fait-Maison (Thomas Grondin et Anna Khimasia).