À propos/about

ICA_Perf_affaissement_edited.jpg

FR

Ma pratique en vidéo, performance, sculpture et installation interroge la place que l’humain se forge au sein de son environnement. J’examine des situations, des objets et des idées liés au progrès, à l’anthropomorphisme et au bienêtre, puis à leurs effets sur la psyché humaine. J’aborde souvent ces derniers d’un point de vue périphérique plutôt que de manière frontale. Cette stratégie artistique semi-délibérée permet par exemple d’acheter du temps, de l’espace et une membrane protectrice en cas d’urgence. La terre s’est formée en 5 millions d’années grâce à l’accrétion lente de poussières cosmiques. Rien ne sert de se précipiter.


Chercher les résidus et les fragments s’inscrit dans une approche qui priorise la circonspection plutôt que l’excès, l’interrogation plutôt que l’action directe et qui se satisfait souvent des restes. Il y a du beau et du pertinent même dans les restes, tout comme dans les poussières cosmiques. Cette démarche fait naitre
des univers souvent dépouillés d’artifices, lents, répétitifs, parfois vastes et souvent absurdes. Je fouille la réalité ordinaire pour tenter de la transcender. Une balle de ping-pong peut ainsi nous apparaitre d’un même souffle comme un objet fonctionnel banal, une particule élémentaire et un signe mystérieux
émergeant de l’inconscient.


En général, je préfère chercher des questions plutôt que de trouver des réponses. Je préfère flotter dans l’irrésolu plutôt que de nager dans la certitude. Ça fait durer le plaisir.

Bio

 

Pascale Théorêt-Groulx est originaire de Gatineau où elle a obtenu un baccalauréat Ès Art avec majeure en arts visuels et mineure en bande dessinée de l’Université du Québec en Outaouais. En 2014, elle a terminé une maitrise en arts médiatiques à la Emily Carr University of Art + Design, à Vancouver, pour laquelle elle a reçu une bourse d’études supérieures Joseph- Armand-Bombardier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Elle a été artiste en résidence au Banff Centre en Alberta, à DAÏMÔN à Gatineau, à Pigment Sauvage à Baltimore, au Vermont Studio Center, à L’Atelier Silex à Trois-Rivière puis à la Fonderie Darling à Montréal. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions individuelles et collectives notamment à la Fonderie Darling, au Centre Clark, à DARE-DARE et à la Galerie B-312 à Montréal, à Verticale à Laval, à la Galerie Karsh-Masson à Ottawa, à AXENÉO7 à Gatineau, puis au ICA à Baltimore, dans l’état du Maryland. Elle vit et travaille à Montréal.
 

_ _ _

 

EN

My practice in video, performance, sculpture and installation investigates the place of humans within their environment. I examine situations, objects and ideas related to progress, anthropomorphism and wellbeing, and their effects on the human psyche. I approach these issues from a peripheral perspective rather than head-on. This semi-deliberate artistic strategy makes it possible, for example, to buy time, space and a protective membrane in case of an emergency. The earth formed in 5 million years from the slow accretion of cosmic dust. There is no point in rushing.

 

Searching for residues and fragments is part of an approach that prioritizes cautiousness over excess, questioning over direct action, and often satisfying itself with leftovers. There is beauty and relevance even in the remains, just as in cosmic dust. This approach gives rise to slow, repetitive, sometimes vast universes stripped of artifice and flirting with absurdity. I probe ordinary reality in an attempt to transcend it. A ping-pong ball can thus appear to us as a banal functional object, an elementary particle and a mysterious sign emerging from the unconscious, all at once.
 

In general, I prefer to look for questions rather than finding answers. I prefer to float in the unsolved rather than swim in certainty. This way, the fun lasts longer.

Bio

 

Originally from Gatineau, Pascale Théorêt-Groulx earned a BA with a major in Visual Arts and a minor in Graphic Narrative from the Université du Québec en Outaouais. In 2014, she completed an MFA in Media Arts at Emily Carr University of Art + Design in Vancouver, having received a Joseph-Armand-Bombardier Graduate Fellowship from the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada. She has been an artist in residence at the Banff Centre in Alberta, DAÏMON in Gatineau, Pigment Sauvage in Baltimore, the Vermont Studio Center, Atelier Silex in Trois-Rivière and Fonderie Darling in Montreal. Her work has appeared in several solo and group exhibitions at venues including the Fonderie Darling, the Centre Clark, DAREDARE and Galerie B-312 in Montreal; Verticale in Laval; Karsh-Masson Gallery in Ottawa; AXENÉO7 in Gatineau; and the ICA in Baltimore, Maryland. She lives and works in Montreal.